Err

Service client | Lundi-Vendredi (sauf mercredi) | de 9h à 12h et de 13h30 à 17.00 : 09 52 59 42 05
Service Technique | Lundi-Vendredi | de 8.30 à 18.00 : 06 11 94 92 24




La climatisation permet-elle de faire des économies d'énergie ?



La climatisation réversible : comment ça marche ?

Avoir un chauffage et une clim' au sein du même appareil, c’est possible ? Oui : grâce à la climatisation réversible.
 
Cet équipement innove pour le confort thermique de votre foyer. Vous vous demandez de quelle manière il fonctionne ? Vous êtes au bon endroit !
 
Vous découvrirez également comment une innovation permet aujourd’hui d’avoir un système plus respectueux de l’environnement.
 
Enfin, nous vous ferons un rappel sur l’échelle de classification énergétique et sa signification.

Le système d’échange type pompe à chaleur

Une climatisation réversible fonctionne de la même manière qu’une pompe à chaleur air/air. Elle est aussi connue sous le nom de chauffage thermodynamique.
 
Elle fonctionne à l’électricité, une des principales énergies renouvelables. Elle est considérée à ce titre plus écologique que les dispositifs utilisant des énergies fossiles tels que le gaz ou le fioul.
 
Dotée de deux échangeurs, côté intérieur et côté extérieur, chacun au contact d’un gaz frigorigène. Par l’intermédiaire d’un compresseur et d’un détenteur, la climatisation réversible se sert de l’air extérieur pour refroidir ou réchauffer l’air intérieur. Compressé, le gaz diffuse la chaleur captée à l’intérieur vers l’extérieur. Détendu, le gaz diminue la température, ce qui permet le refroidissement de l’air ambiant.
 
C’est un équipement polyvalent, qui permet de rafraîchir l’air d’un logement ou de tout autre espace fermé en été et de le chauffer en hiver.
 
Cette double fonctionnalité permet un gain de place non négligeable.

Inverter : la technologie au service des économies

Bonne nouvelle ! Cette technologie innovante est disponible sur tous les types de climatisations réversibles, depuis les appareils monoblocs jusqu’aux multisplits, en passant par les monosplits.

Le système Inverter révolutionne le fonctionnement de la climatisation. Il lui permet de s’adapter de manières continues aux variations de la température au sein d’une pièce.
 
Le soleil émerge de derrière les nuages et réchauffe votre bureau ? Tous les membres de votre famille sont réunis dans le salon ? La fraîcheur de la nuit tombante rafraîchit l’atmosphère ? Aucun problème ! Inverter ajuste la vitesse de la soufflerie et la puissance du moteur de la climatisation afin d’adapter la production de froid ou de chaleur à ces nouveaux paramètres. Et cela permet aux appareils équipés de ce dispositif d’être jusqu’à 25 % moins gourmands en énergie que les systèmes qui n’en sont pas dotés.
 
Enfin, un détail non négligeable à prendre en compte : le gaz frigorigène contenu dans l’appareil est de type R32, réputé plus respectueux de l’environnement, car moins émetteur de gaz à effet de serre que son prédécesseur le fluide R410A.

La classification énergétique des appareils

Les climatisations sont elles aussi concernées par la classification énergétique des appareils électroménagers. Ainsi, vous devrez être vigilants à deux indicateurs si vous souhaitez adopter une démarche à la fois écoresponsable et économe.
 
Le SCOP vous informe sur la performance énergétique de votre climatisation réversible en matière de production de chaleur. Cet indicateur est aussi nommé « coefficient de performance saisonnier ». Il établit pour chaque modèle le ratio « énergie consommée » sur « chaleur produite ». Selon leur aptitude à produire de la chaleur de manière plus ou moins économe, ces appareils sont classés de A+++ à G.
 
Pour la production de froid, là aussi, la climatisation réversible s’est doté d’un indicateur de performance énergétique : c’est le coefficient d’efficacité énergétique frigorifique, ou SEER. Ici aussi, le ratio considère la quantité d’énergie consommée pour produire du froid. Il positionne l’appareil sur une échelle d’efficacité allant de A+++ à B.
 
Que ce soit pour le SCOP ou pour le SEER, le fabricant vulgarise ces considérations très techniques sous la forme d’un étiquetage didactique, coloré et visuel apposé sur l’appareil. Alors, ouvrez l’œil !

Coût, économie, écologie : comment faire son choix ?

Les systèmes de climatisation à coefficients SCOP et à SEER élevés sont les plus performants.
 
Ce sont souvent les plus chers à l’achat, mais aussi les moins énergivores ! Alors, comment sélectionner le modèle qui vous conviendra le mieux ?
 
Il convient de mettre en perspective l’utilisation que vous ferez de cet appareil. Est-ce pour un besoin ponctuel ou une utilisation fréquente ?
En effet, si vous en avez un usage quotidien, le surcoût à l’achat sera, à terme, compensé par les économies d’énergie réalisées.
 
Pour une utilisation longue durée, il est pertinent d’investir dans un appareil bien classé. Bien que plus cher à l’achat, il consomme nettement moins d’énergie.
 
Autre atout : leurs composants sont prévus pour durer. Et qui dit moins de panne, dit moins de frais.

Quelles astuces pour une utilisation économe ?

La réduction de la consommation énergétique passe par une adaptation de ses pratiques d’utilisation.
 
Alors, quels sont les bons gestes à adopter, pour que confort thermique rime avec économies ?

Régler ses équipements

Pensez-y : un modèle dont la puissance est adaptée à la taille de la pièce sera plus performant sur le plan énergétique.
 
Une puissance trop faible vous obligera à repousser les limites de l’appareil, entraînant surconsommation et risque de surchauffe.
 
À l’inverse, un appareil surdimensionné mobilisera bien plus d’énergie que nécessaire pour mener à bien sa mission. Gare, alors, à la facture d’électricité.
 
Les experts recommandent d’installer des appareils dont le volume d’air qu’ils peuvent souffler équivaut à 8 fois le volume de la pièce à chauffer ou à rafraîchir.
 
Côté température, la mesure s’impose. Lorsque la climatisation vise à rafraîchir l’atmosphère, il est recommandé de garder un différentiel de 5 à 7 degrés entre la température intérieure et celle de l’air extérieur.

Raisonner sa manière de l’utiliser

Avez-vous éteint votre climatisation avant de fermer la maison ? Répondre à cette question par l’affirmative peut vous faire faire de belles économies !

En effet, nul besoin de chauffer ou de rafraîchir les lieux si vous êtes absent. À votre retour, après seulement quelques minutes de fonctionnement, la température sera à nouveau à votre goût.
 
Vous souhaitez néanmoins disposer d’une maison fraîche ou chaleureuse à votre retour ? Regardez du côté des modèles programmables. Ils sauront s’adapter à votre emploi du temps. De même, les derniers modèles dits « connectés » peuvent être pilotés à distance depuis votre smartphone.

Entretenir sa climatisation

De la même manière qu’une automobile, l’entretien de votre équipement de climatisation est capital pour assurer son fonctionnement optimal, ainsi que sa longévité.
 
Des filtres encrassés ou un niveau de liquide frigorigène insuffisant risquent d’entraîner une mauvaise mise en route et d’occasionner une surchauffe du moteur avec, à terme, le risque que l’appareil tombe en panne.
 
La visite d’un spécialiste est recommandée une fois par an. Il procédera à l’entretien annuel, permettant de changer les consommables et de faire toutes les vérifications techniques nécessaires.
 
Cependant, si l’environnement dans lequel se situe votre logement est riche en poussières, vous gagnerez à effectuer vous-même le nettoyage des principaux filtres. Référez-vous à la notice pour ce faire.
 
Vous l’aurez compris : oui, la climatisation peut permettre de faire des économies d’énergie, mais uniquement à condition de choisir un modèle performant, robuste et adapté aux conditions d’utilisation qui seront les vôtres.